NewsImage
Source:

Three Questions with Mohcine Besri filmmaker, Morocco

Quel est votre film préféré? Pourquoi?

C’est très difficile de faire un choix, il y a plusieurs films qui rentreraient dans cette case, mais si il faut absolument choisir un film, je dirais « No Man’s Land » de Danis Tanovich, je trouve que c’est un film extrêmement bien écrit et dont le nœud est une métaphore à la fois puissante et simple à traverse laquelle, le réalisateur a pu traiter une situation politique complexe et la rendre universelle.



2)    Quand avez-vous décié de devenir réalisateur?

Mes deux parents étaient dans le théatre et lorsqu’ils partaient en tournée, ma grand-mère paternelle avait l’habitude d’éteindre la télé le soir et de nous réunir avec mon frère et ma sœur pour nous conter des histoires qui pouvait s’étaler sur plusieurs jours, je pense que l’envie de raconter des histoires m’est venu de ces moments, il m’arrivait souvent de penser à la suite de l’histoire pendant mes cours en me réjouissant de rentrer le soir pour la comparer à la vraie suite que ma grand-mère allait nous raconter. Il se trouve que j’ai eu un parcours qui m’a emmené vers les mathématiques mais au fond de moi, je savais que j’allais finir par essayer de faire des films, c’est ainsi qu’après une carrière d’enseignant de mathématiques, j’ai fini par tout laisser tomber et me consacrer au cinéma.



3)    Comment voyez-vous votre carrière dans 20 ans?

J’ai 50 ans, dans 20 ans, j’espère pouvoir faire des films encore, mais au vu de ce qui se passe actuellement dans notre industrie et l’ampleur du succès croissant des plateformes de VOD, j’espère que dans 20 ans, on continuera à faire des films de cinéma et que les salles de cinémas continueront d’exister, pour ma part, j’espère être en vie et avoir la santé pour continuer à faire des films, c’est un métier qui demande de la santé et qui l’use aussi !